naar top
Menu
Logo Print
01/02/2019 - GAUTHIER GELDHOF

LE VDAB REAGIT AU GRAND BESOIN DE CONNAISSANCES EN HYDRAULIQUE

VDAB Wondelgem

La théorie va de pair avec la pratique

Dessin industriel, électricité industrielle, programmation PLC, … Rien ne peut être assez fou pour ne pas pouvoir profiter d’une formation auprès du VDAB à Wondelgem, en 2018 encore toujours le plus grand centre de Flandre. Un cours d’hydraulique axé sur la pratique fait aussi partie de l’offre considérable. “Parce que la compréhension de l’hydraulique reste une nécessité dans de nombreuses applications et que la demande de personnel qualifié est grande“, affirme Luc Vlaemynck, l’un des deux instructeurs qui enseignent cette matière dans le centre de formation du VDAB de Wondelgem.

TOUJOURS BEAUCOUP D’HYDRAULIQUE

Dans le centre de formation du VDAB (Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding) à Wondelgem, on tente d’offrir un reflet de ce qui vit dans l’industrie (l’automatisation et la robotisation sont aussi abordées en 2018), afin d’accompagner les demandeurs d’emploi de la façon la plus adéquate. Les opérateurs, techniciens de maintenance ou autres profils en devenir peuvent faire ici leurs premiers pas sur la voie de la connaissance, un trajet qui aborde divers sous-aspects selon une chronologie bien élaborée.

La recherche de personnel qualifié

Cela peut peut-être paraître étrange, mais la pérennité de l’élément hydraulique dans la formation automatisation a été remise en question il y a quelque temps. En définitive, après un entretien avec quelques acteurs éminents de l’industrie, on a dû revenir sur cette intention de supprimer cette formation. En effet, l’hydraulique était encore toujours énormément présente dans l’industrie belge, bien que l’engagement de personnel qualifié et bien formé soit aussi un réel calvaire dans cette discipline. Et donc, le VDAB a décidé de conserver la formation, mais comme élément de la formation mécanique de maintenance et non plus comme aspect de l’automatisation..

Changement de cap

Luc Vlaemynck VDAB Wondelgem
Luc Vlaemynck, Instructeur Hydraulique VDAB Wondelgem

“Le choix de classifier l’hydraulique comme élément de la formation mécanique de maintenance me semble évident“, raconte Luc Vlaemynck, entre-temps déjà quatre ans au service du VDAB de Wondelgem, après avoir travaillé cinq ans auprès de la filiale à Bruges. “En effet, ce sont surtout les techniciens de maintenance qui sont confrontés à des problèmes liés à l’hydraulique dans la pratique.“ Mais bien entendu, la mécanique de maintenance est nettement plus abordée dans cette formation que l’hydraulique pure. On apprend à limer, souder (TIG, MIG et électrode), on suit une initiation au fraisage et tournage conventionnels pour ainsi, après l’identification des erreurs, pouvoir effectuer les réparations nécessaires.“

TRAJET

Trajet de formation

La formation en mécanique de maintenance comprend, en plus d’une période de stage permettant aux élèves de travailler dans un environnement pratique durant deux semaines, une à deux semaines de pneumatique et deux à trois semaines d’électricité au terme de la formation, pour s’achever par deux à trois semaines d’hydraulique. Dans l’élément hydraulique, l’apprentissage de l’écoulement est un des aspects abordés.

“L’hydraulique est quelque chose de très particulier. Vous appuyez sur un bouton et soudain, un cylindre se déplace au moyen de l’huile. Nombreux sont ceux qui ignorent ce qui se cache derrière."

“L’hydraulique,“ précise Vlaemynck, “est quelque chose de très particulier. Vous appuyez sur un bouton et soudain, un cylindre se déplace au moyen de l’huile. Nombreux sont ceux qui ignorent ce qui se cache derrière. Le calcul de la pression, le réglage de la vitesse, ... C’est la base essentielle pour commencer l’hydraulique. En effet, il faut la connaître avant d’entreprendre des étapes ultérieures.“ Puis, on cherche le côté pratique: que comprend le circuit hydraulique? Quels sont ses composants? Quelle protection est prévue? Comment évolue la pression? Que sont les cylindres? Comment est réglée la vitesse? Le dimensionnement ou la conception n’est pas abordé, c’est plutôt une responsabilité pour les ingénieurs qui doivent concevoir un système. Mais de tels profils sont en mesure d’expérimenter eux-mêmes la différence entre un concept sur papier et la situation pratique. Dès lors, la lecture de plan et la symbolique adoptée sont aussi un élément incontournable.

Formation à la tête du client

motor pomp emf dordt

“Le trajet de formation pour demandeurs d’emploi est conçu en vue d’un suivi sans trop de pression, mais nous recevons aussi souvent des employeurs tels que par exemple les sociétés ATS, Aswebo ou Jan De Nul pour une formation salariés de trois semaines environ. Nous travaillons à la tête du client, comme on dit. Vous demandez, nous faisons.

Les entreprises ont souvent moins de temps que les demandeurs d’emploi, nous devons donner des réponses plus vite. Ceux qui suivent la formation de leur propre initiative, ont souvent plus de temps pour réfléchir à certaines questions.“ Quoique tout le monde n’ait pas besoin de ce temps.

“Il y a l’exemple d’un ingénieur civil, une ‘grosse tête’, qui suivait le cours à son rythme, ...“
(rire) “En une semaine, cet homme maîtrisait tout le cours. Cette théorie était superflue pour lui“, confie Vlaemynck. “Ce qui primait, c’était la pratique: que se passe-t-il lors de chaque intervention? C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous avons encore une ancienne machine: là on peut ou sait encore faire ce qui n’est pas possible sur les nouvelles installations. Par exemple, vous pouvez créer une dépression qui engendre des bulles d’air vapeur. Il est évident que la cavitation est naturellement effroyable, d’où le fait que nous le montrons aussi sur les anciennes installations et non pas sur les nouvelles dispositions de test. Pour cela, nous disposons d’une charrette de pièces de réserve, nous pouvons donc encore démontrer comment il ne faut surtout pas faire.“

SIMULER: LA FORCE DE LA FORMATION

Dispositions de test

testopstelling

La grande force de la formation en hydraulique auprès du VDAB de Wondelgem est, dit-on, la possibilité de simuler, sur l’un de notre quatre simulateurs fidèles à la réalité, un élément crucial de la formation. “Lorsque j’ai commencé ici, il y avait quelques dispositions de test, mais elles étaient totalement obsolètes“, raconte Vlaemynck. “En collaboration avec quelques collègues et spécialistes de Bosch Rexroth, on a composé quelques nouvelles dispositions. Un investissement qui n’est pas bon marché, mais vital pour l’avenir. Bien que les nouvelles dispositions soient basées sur leurs prédécesseurs désuets, elles sont nettement plus modernes. Non seulement en termes d’exécution et de dispositifs, mais aussi en termes de sécurité, pour laquelle certains aspects ont sérieusement changé.“

“Via les dispositions de test, nous pouvons simuler la charge. De plus, nous disposons de deux pompes indépendantes, ce qui nous permet de piloter deux systèmes et de travailler littéralement en opposition."

“Via les dispositions de test, nous pouvons simuler la charge“, raconte Vlaemynck. “De plus, nous disposons de deux pompes indépendantes, ce qui nous permet de piloter deux systèmes et de travailler littéralement en opposition. Les systèmes avec une seule pompe ne permettent pas de piloter deux processus de façon indépendante, car le premier neutraliserait l’autre. La disposition de test est aussi pourvue de différents composants hydrauliques tels qu’un moteur hydraulique, des soupapes de réglage de vitesse, des régleurs de pression électrohydrauliques, des vannes classiques, des collecteurs, des débitmètres ainsi qu’un verre gradué, de telle sorte que les élèves voient réellement quelle quantité d’huile circule dans le système. Et la vitesse à laquelle la température peut grimper.“

testopstelling

Sécurité garantie

“Quand les élèves simulent des situations pratiques toute la matinée sur la disposition de test, le mercure grimpe vite de quelque 20 à 30 degrés. En effet, la disposition de test n’est pas dotée d’un refroidissement. On demande toujours d’arrêter les pompes des simulateurs entre les exercices.“ L’instructeur estime que la sécurité est garantie à tout moment. “L’huile se trouve derrière la disposition de test, les élèves ne peuvent pas circuler entre les différents composants et la pression maximale atteint 80 bars. En d’autres termes, la sécurité peut être garantie sans problème, ce qui n’est pas toujours le cas dans un environnement pratique.“

Simulation de l’hydraulique

Outre le matériel, on dispose à Wondelgem du support logiciel requis.
“Avec FluidSIM de Festo, nous pouvons faire expérimenter à nos élèves les conséquences du réglage d’un circuit hydraulique par l’expérience sur l’ordinateur. Ils peuvent y dessiner des schémas hydrauliques. Les élèves y apprennent quels éléments ils doivent utiliser et comment ces composants doivent être reliés de façon schématique. Ce n‘est qu’ensuite que l’on évalue la partie théorique à l’aide d’exercices sur l’une des dispositions de test.“

ERREURS FREQUENTES

Débit versus pression

hydraulica

“Quels aspects créent le plus d’imprécision?“, répète Vlaemynck. “Sans aucun doute la vitesse et la pression. 'Cela ne va pas assez vie, donc j’augmente la pression.' Difficile d’éliminer cela. On ne peut pas le blâmer. Depuis le tout jeune âge, nous cherchons à accélérer les choses. Cependant, dans l’hydraulique, la vitesse ne dépend pas de la pression, mais du débit. Si vous travaillez sans charge, par exemple, la pression ne change rien à la vitesse finale. Si vous décidez d’augmenter la pression en vue d’accroître la vitesse, vous risquez de briser par compression certains éléments d’une installation, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses dans la pratique (par exemple, par la manipulation de la protection contre la pression). Mais bon, l’illusion de l’augmentation de la pression pour une vitesse supérieure, persiste tout un temps, le plus souvent, jusqu’au moment où les élèves acquièrent une compréhension des hydromoteurs. Là, nous voyons que la vitesse reste inchangée, quelle que soit la pression, tant que la quantité d’huile qui circule dans les conduites – le débit – reste aussi inchangée. Après plusieurs tentatives, ils peuvent expérimenter que même une baisse drastique de la pression n’a aucune conséquence sur la vitesse de l’huile. Si, par contre, on tourne avec plus d’huile, la vitesse augmente aussi.“

“Quels aspects créent le plus d’imprécision? Sans aucun doute la vitesse et la pression!"

Charge

“Une charge positive est une charge antagoniste, une charge négative coopérante. 'Elle collabore et pourtant, elle est négative?' Ceci sème aussi pas mal de confusion pendant la formation. J’essaie d’illustrer qu’une contre-action peut être positive pour tout le système. En effet, vous gardez le système sous contrôle. Une charge positive vous permet de mieux garder la vitesse sous contrôle.“

SMART HYDRAULICS

heftruck

“Les composants de, par exemple, les chariots élévateurs étaient autrefois résolument surdimensionnés. La pompe était trop grande, le moteur trop lourd, tandis qu’on tente maintenant – par exemple par le load sensing et le flow sharing – de savoir si tout ne peut pas être meilleur, plus efficace. Par exemple: si je roule, je ne peux pas lever en fait, et donc, je n’ai pas besoin de pression ou de puissance aux composants responsables du mouvement de levage (par exemple, à l’aide d’une valve de priorité). On veille à conserver toutes les fonctionnalités, mais uniquement avec la puissance requise. En y plaçant des valves de priorité, vous faites savoir au système hydraulique quels composants reçoivent la priorité, tandis que les autres composants restent actifs low profile. La 'smart hydraulics' est soutenue en masse par les fabricants, mais les centres de formation, comme nous, doivent encore rattraper leur retard, ce qui est évident quelque part. Car nous ne pouvons pas anticiper la technologie en soi. Un système load sensing existe déjà. En principe, nous devons être en mesure d’intégrer encore cette année la théorie sous-jacente dans la formation. Espérons que l’hydraulique proportionnelle sera aussi enseignée à l’avenir, à nouveau en collaboration avec Bosch Rexroth.“

CONCLUSION

Les investissements dans la formation ont entre-temps ravivé notablement l’intérêt. “Après deux ans, plus de cent personnes avaient suivi la formation. Cela montre que l’hydraulique vit, que notre industrie a encore besoin de l’hydraulique. Ici, nous donnons les connaissances de base!“

Lisez plus sur l'hydraulique?